Ma vérité sur le business en ligne

 Gagner facilement de l'argent sur internet est-ce possible ? Je partage avec toi l'envers du décor #blog #blogue #blogging #entreprenariat #entrepreneure #blogtrepreneure

Dans ce monde où le poids des responsabilités et des obligations nous enferme dans une vie que l’on n’a pas toujours choisi, nous rêvons toutes de pouvoir gagner notre vie en faisant cette activité qui nous anime, nous passionne, tout en ayant du temps pour soi, sa famille et atteindre cet équilibre de vie que les marketeurs nous promettent au bord de leur piscine, cocktail à la main.


 

Pas le temps de tout lire ? Écoute le podcast !

 
 
 

S’ils y sont parvenus, pourquoi pas toi ?

 

Le web regorge de possibilités, et en fait un nouvel eldorado dans lequel n’importe qui peut prétendre pouvoir y prendre sa place. Pour autant, ce que l’on omet bien souvent de t’expliquer, c’est que oui c’est possible, mais que cela va entraîner avec soi tout son lot d’épreuves à traverser face auxquelles tu ne seras pas forcément préparée et qui auront aussitôt fait de mettre une fin prématurée à ton projet de vie idéale. Avec de la persévérance bien sûr, tout devient possible, mais il n’y a pas de succès rapide et facile. Soit prête à traverser ces 5 étapes avant de devenir une entrepreneure en ligne accomplie.

 

Pas si grave penses-tu ? Ça pourrait bien l’être si l’on tient compte des répercussions qu’elles peuvent avoir sur ton bien-être, ta vie de couple et ton amour propre. Autant d’aspects de ton équilibre intérieur auxquels tu aspires justement à donner leur plein potentiel. Et si le résultat final était totalement l’inverse de ce que tu attendais ?

 
 

Étape 1 = l’excitation d’un projet nouveau

 

Tu viens d’avoir l’idée de ta vie ! Et si tu te lançais dans la vente en ligne de tes services de coach, de formatrice, de créatrice de ____ (remplir le champ libre) ? C’est génial ! Tu as toujours rêvé de partager et transmettre tes connaissances, tes compétences en _______ (remplir le champ libre).

Cette phase, c’est celle du démarrage. C’est la phase d’excitation qu’amène la réalisation de tout nouveau projet.

 

Tu es super enthousiaste à l’idée de t’y mettre, ta tête fuse d’idées de tout ce qui est possible et imaginable de faire. Ça va être big, ça va être grand, ça va être fantastique.  

Chaque matin, tu te lèves avec une motivation de feu. Vivement le soir que tu puisses t’y mettre en rentrant du boulot.

Tout au long de la journée, tu ne fais qu’y penser. Tu penses à cet article que tu pourrais écrire, à ce post à publier sur les réseaux sociaux et tu te creuses les ménages sur cette formation/programme que tu pourrais créer. Les post-it, cahiers, Trello deviennent tes meilleurs alliés. Tu notes compulsivement toutes les idées qui te viennent pour ne pas en perdre une miette.

Le soir en rentrant, c’est enfin TON moment. Tu as quelques heures devant toi avant d’être rappelé aux réalités de la vie quotidienne (cuisiner, faire le ménage, des lessives), c’est ton moment. Alors tu t’y mets sans plus attendre.

Tu écris, shootes, planifies, fais des recherches, bidouilles, paramètres, lis, visionnes, enregistres. Honnêtement, tu pourrais y passer tes journées. D’ailleurs, c’est en plein ton objectif, que cette réalité-là devienne ta journée de travail (si seulement ! Croisons les doigts).

Ton projet prend forme au fil des mois. Tes articles sont en ligne, ta communauté commence à se constituer, tu animes une page Facebook et peut-être même un groupe privé Facebook. C’est tellement enivrant de voir la réaction des gens face à ce que tu crées, des choses tout droits sortis de ta tête. On te trouve géniale, pleine de bons conseils, tes lecteurs ne savent pas comment ils feraient sans toi (et ils te le disent!).

Tu as enfin le sentiment de faire ce pourquoi tu as toujours été faite, aider les gens en leur transmettant ce qui pour toi te parait si simple. C’est juste une expérience incroyable. Tu te sens chanceuse, car ton projet devient enfin réalité et tu sens que tout est possible. Ta vie peut changer, tu as entre les mains tout ce qu’il faut pour et tu sens que les gens sont demandeurs de toujours plus.

 

 

Cette étape, c’est un peu celle de la lune de miel des couples fraîchement mariés.

  1. Ton projet et toi, vous vous êtes rencontrés dans ton esprit,

  2. Vous avez décidé de sortir ensemble en mettant les choses sur papier

  3. Vous avez franchi le pas en vous mariant, lorsque tu as créé ton site web, tes comptes pour les réseaux sociaux.

  4. Et maintenant vous partez en lune de miel, grâce à la communauté que tu as créée, qui interagit avec toi et, est impatiente d’en apprendre encore plus.

bulle parfaite
 

Tu t’es créée cette petite bulle parfaite dans laquelle tu n’as envie de laisser personne s'immiscer dans la vraie vie. Bien sûr que ton conjoint est au courant, pas vraiment grand monde en dehors de lui.

Tu n’as pas envie d’essuyer les critiques malvenues d’autres personnes.
Tu veux d’abord donner la chance à son projet pour voir ce que cela donne et une fois que ce sera sur de bonnes rails, tu te sentiras libre d’en parler en toute liberté (et légitimité). Mais pas pour le moment. Pour l’instant, tu veux juste profiter de l’expérience et de toute la satisfaction et la fierté que cela t’apporte.

 

Quand j’ai lancé Blogtrepreneure, j’ai tout de suite associée à mon blog un groupe Facebook privé. J’avais ma banque de 9 articles publiés sur mon site web dans lesquels j’invitais les lecteurs à rejoindre mon groupe. Durant les 4 semaines entre l’ouverture de mon site et le lancement de ma première formation Build My Community, je n’ai pas publié grand-chose sur mon blog (seulement 2 articles), parce que je savais d’expérience que produire du contenu pour produire du contenu ne servait à rien. Ce qu’il me fallait surtout, c’était connecter avec les gens.

Chaque dimanche sans faute, je montrais mon visage en Facebook live pour parler de sujets chers à ma communauté. Blogging, réseaux sociaux, newsletters, statistiques, j’étais là pour répondre à la moindre de leur question. C’était juste magique. Voir toutes ces personnes connectées pour m’entendre parler et écouter attentivement ce que j’avais à leur apprendre, waouh c’est fou l’effet que ça fait ! Un jour, l’une des participantes m’a même fait cette confidence :

 avis blogtrepreneure

Quand tu reçois ce genre de message, tu sais que tu as accompli quelque chose de fort.

C’est que tu es en pleine lune de miel.

 

 

Étape 2 = Dans la vraie vie, personne ne te prend au sérieux (pas même toi ?).

 

Le truc c’est que si tu veux que les gens te prennent au sérieux, il faut d’abord que tu commences par toi-même le faire. Cela veut dire être capable de :

  • parler de ce que tu fais en te tenant droite dans tes baskets,
  • investir de l’argent dans des outils, logiciels et les formations nécessaires pour te permettre de faire du travail de professionnel (sans pour autant avoir de garantie sur ta capacité à récupérer cet argent investi)
  • et ne pas avoir peur de te vendre (parce que si tu ne le fais pas, personne ne le fera pour toi et que si tu ne demandes pas aux gens d’acheter, ils seront toujours là pour profiter de tout ce que tu as offrir gratuitement).

 

Et là, on met le doigt en plein sur la confiance en soi et sa foi en l’avenir, que soyons honnête, la plupart des gens ont du mal à avoir.

 

Alerte syndrome de l’imposteur,

«je ne sais pas si je suis capable»,
«si jamais ça ne marche pas ?
Que je dépense toutes mes économies et que je ne vends rien ?»

et toute sorte de doutes à ne plus en finir.

 avoir des doutes sur soi

 

Je ne sais pas toi, mais quand j’ai annoncé à mon conjoint que je voulais bâtir une entreprise fondée sur mon blog, il a rigolé. Quand j’en ai parlé à mes parents, la première question qu’ils m’ont posée a été “mais…. tu fais ça à côté de ton travail hein ?”, à comprendre “t’as quand même bien l’intention de continuer à avoir un VRAI travail ?”. Et quand j’en ai parlé à mes amis, ils ont réagi par un “ ah.. ok” des plus sceptiques.

Dans ces moments-là, si tu n’es pas sûre de toi à 100%, je peux te dire que cela a de quoi te faire douter.

Malgré tout, je me suis lancée et j’ai fait mon boulot pour faire grandir mes blogs sur mon temps libre (Blogtrepreneure et Une Frenchie à Montréal). Le truc c’est que, passé un certain stade, quand on travaille à plein temps et que l’on a clairement en parallèle une activité en ligne qui pourrait l’être tout autant, ce genre de double activité à tendance à avoir un impact sur la vie à la maison.

Alors déjà que je n’étais pas forcément bien prise au sérieux par Monsieur, quand il a fallu lui expliquer que ce n’est pas parce que j’étais techniquement à la maison que pour autant j’avais du temps pour m’occuper des tâches ménagères, courses et compagnie ... ça été toute une affaire.

 

Mais tu sais quoi, ça vient avec le temps.

 

Tout comme tu te dois de faire un travail d’éducation auprès de ton lectorat pour leur expliquer pourquoi ce que tu as leur offrir est génial, il te faut faire exactement la même chose auprès de ton entourage. Mais cela veut aussi dire que tu dois être sûre de toi. Que tu dois être sûre que c’est ce que tu VEUX faire, que tu te sens CAPABLE de mener ça comme un business et que tu n’as pas peur.

 

Tu n’as pas peur de l’impact que cela pourrait avoir sur ta vie si cela marchait vraiment (quitter la sécurité de ton emploi régulier, un nouveau rythme de travail à adopter et des rentrées d’argent régulières à assurer).

Tu n’as pas peur des remarques négatives dans la vraie vie, comme en ligne (parce que je te garantis que tu trouveras toujours des personnes qui auront à redire de ce que tu fais - parce que c’est trop cher, parce que tu prends pour qui, parce que ci, parce que ça. Toujours. C’est une certitude).

Et finalement, tu n’as pas peur de te planter, car cela ne marchera peut-être pas au premier coup d’essai. Il y a même de fortes chances pour que cela ne marche pas aussi bien que tu l’espérais, voire pas du tout ; et dans ces moment-là il te faudra te relever, recommencer et persévérer.

 je suis capable de tout

 

Bien sûr, tout revient toujours à l’argent. N’ayons pas peur de mots. Et c’est assez difficile d’être prise au sérieux lorsque tu ne montres pas concrètement que l’activité pour laquelle tu investis autant (en temps, comme en argent !) te rapporte. C’est tellement plus facile de se poser en autorité face à ton audience, en femme d’affaires accomplie vis-à-vis de ton entourage, lorsque tu gagnes de quoi te verser un salaire conséquent et régulier chaque mois. Sauf qu’avant que cela arrive, il te faut rester dans l'expectative.

 

Lorsqu’après mon premier webinar, tout juste après un mois après l’ouverture de mon site Blogtrepreneure, j’ai gagné mes premiers 600$, mon conjoint a été surpris et m’a félicité. Lorsque j’ai renouvelé mes rentrées d’argent à l’occasion des lancements suivants, il m’a encouragé. Et lorsque j’ai décroché mes premiers contrats en coaching individuel facturés entre 1 000 et 2 000$, il a commencé à y croire. Oui, commencé seulement ...!

 

Alors ce que je veux te dire au travers de ce message. C’est que parfois ça prend du temps, c’est long, personne ne te comprend, personne n’y croit, mais le plus important c’est que TOI tu y crois.

 

Je peux t'assurer que c’est à partir du moment où tu commenceras toi-même à prendre les choses au sérieux, que tout le monde autour en fera de même.

 bonne nouvelle en route
 

Étape 3 = Le surmenage

 

Le revers de la médaille, c’est que plus t’investis dans ce second travail (que tu aspires à faire passer en première position), plus tu réalises que cela te demande de jongler avec beaucoup de choses qui doivent être faites dans les temps pour continuer à construire de solides fondations à ton entreprise.

 

Et le fait est que plus tu es active en ligne, plus tu es visible, plus tu donnes de la valeur en créant des ressources pertinentes et utiles aux gens, plus ils en veulent.

Tu ne veux pas les décevoir.

Tu veux prouver ton professionnalisme par ta régularité de publication.

Tu ne veux pas perdre l’attention des gens, parce que tu sais que cela veut dire que ce que tu fais fonctionnes et que tu es en train de te créer une base de clients potentiels (du moins tu l’espères).

Et pour ça, il faut aller au-devant d’eux de façon constante.

 

Là où cela devient sensible, c’est qu’en parallèle de toute cette activité visible en ligne (le sommet de l’iceberg), il y a tout ce que l’on ne montre pas, que personne ne soupçonne et que l’on ne t’avait pas dit (mais à la lecture de cet article, tu en seras maintenant informée).

 

1. Avoir des idées en masse, c’est épuisant.

 

Disons-le-nous, avoir plein d’idées d’articles à écrire, de publications à poster, quand ça reste à ce stade, c’est plutôt sympathique. Et au moins, on ne peut pas dire que tu sois touchée par le syndrome de la page blanche à te sentir incapable de produire quoique ce soit. Dieu merci, te voilà au moins épargnée de ça.

 

Sauf qu’à un moment donné, parce que le but est bien de transformer cette activité en activité lucrative (n’ayons pas peur des mots) :

  • il va te falloir dépasser cette utilisation courante des blogs et réseaux sociaux que font la majorité des gens, pour aller plus loin et te sortir du lot.

  • Il va te falloir mettre sur pied une offre payante attractive et trouver la façon la plus percutante de la faire connaître (et te faire connaitre par la même occasion), présenter ton offre et la vendre.

C’est là que tout se complique.

 

Tout d’un coup, ton cerveau reste bloqué en monde idée «ON» 24h sur 24.

Est-ce que je devrais plutôt faire ça ou faire ça ?
Quel nom trouver à mon offre ?
Est-ce que c’est suffisamment explicite ?
Est-ce que mes arguments sont convaincants ?
Est-ce que j’arrive bien à cerner les besoins de ma clientèle cible ?
Est-ce que ce n’est pas trop cher ou au contraire pas assez ?
J’arrête là le flot de questions, parce que ce n’est vraiment qu’un échantillon de tout ce qui va te passer au travers de l’esprit.

 

Ton cerveau est en constante en activité et ça peut vraiment être épuisant. Tu prends des notes à ne plus en finir, tu y penses le matin en te levant, tout au long de la journée, le soir en regardant la télé/cuisinant/parlant avec ton conjoint et bien sûr, avant de te coucher.

 

Ouf.

 

Mon conseil à ce stade, c’est vraiment d’arriver à te trouver une «biz bestie», une partenaire de crime qui en est sensiblement au même stade de développement que toi avec laquelle tu vas pouvoir échanger régulièrement sur toutes ces questions existentielles que tu te poses. Parce que oui, le terme «existentiel» n’est pas trop fort. Si tu demandes à ton conjoint ce qu’il pense de tout ça, il sera bien incapable d’en penser quoique ce soit pour la bonne et simple raison qu’il n’y connait rien (et se demande même pourquoi tu te prends autant la tête d’ailleurs, avec ton «hobby»?!). Ta meilleure amie d’affaires, elle, elle te comprend parce qu’elle vit exactement la même réalité que toi. Et si tu veux garder la tête froide et que tu tiens à ta sérénité d’esprit, tu as vraiment besoin d’elle.

 

Sortir, faire du sport, voir des amies sont aussi des excellentes solutions pour te changer les idées et t’obliger à déconnecter. Cela dit, je ne vais pas te mentir, ça ne vas pas être facile parce qu’il y a de fortes chances pour que tu sois momentanément prise d’un élan de culpabilité de consacrer du temps libre à faire autre chose que travailler. Trouver ce parfait équilibre de vie risque d’être un enjeu de taille et une lutte de tous les instants !

 biz bestie
 

2. Concrétiser tes idées est plus difficiles que tu ne l'imaginais.

 

Ton site est lancé, ta communauté est mobilisée, maintenant il ne te reste plus qu’à lancer ton premier produit.

Je ne vais pas y aller par 4 chemins. Ton premier lancement, c’est comme un premier accouchement (enfin je l’imagine, parce que je n’ai moi-même pas d’enfants ah ah ah). C’est long, plein d’angoisses et douloureux, mais à la fin, c’est fait et t’es vraiment contente d’avoir accompli ce miracle. Oui tu peux te féliciter et non le mot «miracle» n’est pas disproportionné, car après tout tu as eu le mérite d’aller au-delà de l’idée et du projet et d’en faire une réalité. Ce n’est pas donné à tout le monde ! (comme avoir des enfants soit dit en passant !).

 

D’ailleurs, y a bien eu des moments où tu as cru que tu ne parviendrais jamais au bout. Déjà, parce qu’entre l’idée d’offrir tes services / vendre une formation et effectivement le faire avec succès, il y a un ÉNORME gouffre.

 

Il te faut arriver à mettre le doigt sur l’exacte problématique rencontrée par ton public cible, le mettre en confiance pour l’amener à travailler avec toi et trouver l’exacte solution pour laquelle il serait prêt à payer. Et crois-moi mon amie, rien qu’avec ces trois phases, t’as un sacré boulot à faire pour avoir tout bon sur toute la ligne. Pourtant je sais que tu es consciencieuse, que tu tiens à tout faire bien et que tu ne veux rien laisser au hasard. Sauf que les personnes qui te font croire que tu es capable de faire ce lancement parfait du premier coup te mentent ! A moins d’être exactement sur le même créneau que ton activité de jour (pour laquelle tu as des années d’expérience et un réseau digne de ce nom), je ne vois pas comment cela est possible. Si jamais tu as vécu le contraire, écris-moi parce que j’adorerai entendre ton histoire !

 

Et ça, c’est sans compter tous les fichus soucis techniques que tu vas rencontrer :

Comment en fait pour faire un webinar en direct ?

Peut-on recevoir des paiements directement via son site web ? en plusieurs mensualités ?

Quelle plateforme choisir pour héberger sa formation et on fait comment ? (pour ce point, tu peux trouver toute la marche à suivre ici)

Et la publicité facebook, comment on s’y prend pour faire un bon ciblage et ne pas jeter son argent par les fenêtres ?

On utilise quoi pour faire des appels vidéo enregistrés avec ses clients ? Puis après, on les dépose où les enregistrements pour qu’ils puissent y accéder ?

 

Ça fait sacrément beaucoup de choses à penser en plus :

  • de son travail de jour,
  • de son activité régulière en ligne (publications sur le blog et les réseaux sociaux)
  • et de la stratégie à peaufiner pour réussir à faire son lancement !

(Je suis gentille, je ne tiens même pas compte de la création de tes supports de formation pour ton programme que tu souhaites justement lancer).

 

3. Arriver à faire des ventes est plus difficile que prévu (mais où est la dizaine de milliers d’euros annoncés ?!)

 

Cette fois on y est, après des mois de travail acharné, c’est le moment de révéler cette offre payante à ton audience. As-tu senti cette pointe de stress au moment d’en parler ?

 

A chacun de mes webinaires c’est la même chose, il y a ce mélange de sentiments contradictoires qui m’envahit au moment de présenter mon offre. Une pointe d’adrénaline, dans un grand bol de stress. Même si je sais que ce que j’ai préparé est génial, que les filles vont capoter et que ça va être extra. C’est plus fort que moi, je suis toujours un peu stressé.

 

Si tu as tendance à redouter cette monté de panique, mon conseil est de t’y préparer en écrivant exactement tous les points à soulever dans ton exposé (et cela fonctionne aussi pour des Facebook live). Ne laisse pas de place à l’improvisation, ne laisse pas la chance à la panique de te gagner et perdre tes moyens.

 
 notes
 

 

Maintenant que c’est dit, annoncé, placardé,
les clients répondent-ils à l’appel ?

 

Non. Je sais que c’est un coup dur et tu es très certainement déçue. Alors je vais te donner mon conseil, peste un bon coup, pleures s’il le faut et reprends-toi. Tu n’as pas TOUT raté, ce n’est pas de TA faute. tu n’es PAS une bonne à rien. Il y a tout plein de choses qui peuvent expliquer pourquoi ça n’a pas marché : ton offre ne répond pas à un besoin, peu de gens ont été exposée à ton offre (=pas assez de monde au courant), tu n’as pas prouvé ta légitimité en premier lieu, ta page de ventes les a perdus en route, la période est mal choisie, les bénéfices de ton produit n’ont pas assez été développés, etc. Il y a un tas d’explications possibles qui ne sont pas directement liées à ton programme en tant que tel.

 

Ce qu’il te faut faire face à ce lancement infructueux, c’est de prendre du recul et analyser cette expérimentation. Rejoins ces personnes qui étaient intéressées et qui n’ont pas acheté. Demande-leur pourquoi. Qu’est-ce qui fait qu’ils n’ont pas souscrit ? Est-ce que ça paraissait trop complexes, trop demandant en temps, non-adapté à leur problème ? Grâce à ces informations tu vas pouvoir retravailler ton offre et la représenter à ton audience, plus tard, sous un nouveau jour.

 

Il n’y a jamais rien qui soit à jeter au complet. Comme le disait Antoine-Laurent De Lavoisier «Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme»

 

Oui, mais pas autant que ce que je l’espérais. Je comprends, mais c’est déjà un excellent début ! Cela veut dire qu’il y a un marché pour ton offre. Ton défi maintenant sera porté sur deux aspects :

  1. fournir le meilleur accompagnement / produit / coaching que tu es en mesure d’offrir pour obtenir les meilleurs retours possible de tes clients existants

  2. et aller audevant de davantage de monde, pour attirer de nouveaux clients potentiels.

 

Oui, je suis devenue riche ! Bon encore une fois, j’ai du mal à croire au succès du jour au lendemain, alors si c’est ton cas, viens me raconter ton parcours !


 

4. Tu te tappes des doubles journées, 7 jours sur 7.

 

Parce que tout le monde n’a pas les moyens de tout plaquer pour se concentrer corps et âme dans ses projets, il y a de fortes chances que tes seuls moments pour développer ton entreprise naissante soit les fins de journée, week-ends et vacances.

 

Dis comme ça, cela ne parait pas si terrible. Pourtant, il faut voir la chose sur le long terme. Rare sont les entreprises viables en moins d’un an d’existence. Ce qui signifie qu’il faut te préparer à être capable de sacrifier toutes tes soirées, week-end et vacances aussi longtemps que nécessaire (soit au moins durant un an).

 

Je ne veux pas noircir le tableau, ni en rajouter. C’est évident qu’il faut que tu t’accordes des temps OFF parce que sinon non seulement ta vie personnelle va en prendre un coup, mais surtout tu vas finir par craquer et ce n’est pas le but. Je veux seulement te préparer au fait que si tu souhaites avoir des résultats significatifs dès la première année, cela a un coût et va te demander de travailler fort. Encore une fois, on a rien sans rien et cela va te demander de faire des choix.

 

Quelle est ta priorité ? As-tu moyen d’arriver à concilier tes aspirations professionnelles et ta vie sociale / amoureuse (je te le souhaite!).

 
 travailler fort
 

De mon côté, je dois t’avouer que je n’ai pas été un modèle de réussite. Ma première année d'activité a clairement été une quasiment consacrée à 100% à mon business. A vrai dire, si mon conjoint n’avait pas été là pour me rappeler l’importance de notre relation, de vivre des moments à deux et la nécessité de faire des breaks pour le bien-être de ma santé mentale, c’est certain que j’aurais franchi la barre.

 

Cette première année, j’ai fait Skip sur :

  • le sport (je n’ai jamais été une grande sportive, alors ça a été comme la bonne excuse)
  • les rdv hebdo avec les amies
  • la lecture plaisir (par contre, gros pic de lecture sur les portraits d’entrepreneurs et autres lectures inspirantes).
 

Étape 4 = La dépression

 

Ce qui par voie de conséquence nous amène à l’étape 4, qui peut revêtir la forme de dépression passagère.

 

Toute ta fichue vie tourne autour de ton business en construction. Tu te donnes à 100%, tu y passes tout ton temps, et à la longue ce travail sur le côté en plus de ton travail régulier, eh bien ça devient épuisant. Surtout que les résultats commencent à être visibles oui, mais pas suffisamment.

Il ne te rapporte pas assez d’argent pour plaquer ton job de jour et pouvoir t’y consacrer. Tu as l’impression que tu n’en verras jamais le bout et tu te demandes quand est-ce que tu seras capable de faire le shift et enfin changer de vie comme tu y aspires depuis le début.

 

Pour peu que ton travail régulier ne soit pas le travail de tes rêves (et j’imagine que c’est le cas, sinon tu ne te serais jamais lancé dans une activité professionnelle en parallèle), c’est la déprime. Tu te lèves chaque matin sans grande motivation, tout au long de la journée tu te demandes ce que tu fais là (au boulot) et tu rentres le soir épuisée nerveusement, alors que c’est justement le moment de te mettre à travailler sur cette activité que tu chéris tant.

 

Pas question de jeter l’éponge. Tu sais que c’est pourquoi tu es faite, ce qui donne un sens à ta vie. Abandonner ? Pour faire quoi de toute façon ? Non, il n’en est pas question.

 
 feu rouge
 

 

N’empêche que ta vie ne prend toujours pas la tournure attendue et tu te sens coincée. Tu as l’impression d’être piégée dans cette nécessité de travailler pour avoir un revenu régulier et assuré, mais en même temps ce travail t’empêche justement de te développer autant que tu le souhaites (faute de temps et d’énergie). Il te faudrait quitter ton emploi pour donner une réelle chance à ton activité de décoller, mais parce que tu es responsable, tu vis la chose comme de l’inconscience. Bien sûr, tu pourrais voir les choses autrement. Parce que oui, tu peux quitter ton emploi. Si ça ne marche pas, je veux que tu sois consciente que la pire des choses qui puisse t’arriver, c’est de devoir te retrouver un emploi salarié. De façon objective, ce n’est pas la fin du monde.

 

Cependant, tout le monde n’a pas forcément cette liberté. Peut-être que tu as des crédits à payer, des projets importants à financer, que tu ne peux pas te permettre de différer. Alors tu te dois de poursuivre ton train de vie actuel, même si cela t’épanouie pas. Tu sais que ton activité d’entrepreneure peut te rapporter bien plus que ton travail régulier, mais tu es obligée de travailler pour pouvoir la financer et assurer tes impératifs de la vie quotidienne, ce qui t’empêche du coup de développer ton activité comme tu le voudrais. C’est le serpent qui se mord la queue et tu ne sais plus quoi en penser. Le constat est déprimant.

 

Et comme si cela ne suffisait pas, parfois la vie se charge d’une drôle de manière de te ramener à la réalité. Parce que tu peux faire l’autruche, comme je l’ai fait, attendre que le temps passe et règle la situation. Jusqu’à ce que la réalité te rattrape et te heurte comme une voiture à pleine vitesse. C’est ce qui m’est arrivé. Pas en pleine vitesse certes, mais juste assez pour que je m’interroge sur le sens que je donne à ma vie. Je t’assure que c’est le genre d’événement qui t’oblige à voir le chose en face.

 

La mauvaise nouvelle, c’est que ce n’est vraiment pas un moment facile. J’ai eu l’impression que je passais carrément à côté de ma vie. Et pour cause, ça rime à quoi de vivre une vie globalement insatisfaisante, frustrante et déprimante, en attendant qu’un truc qui pourrait mettre des années à arriver, arrive ?

 

La bonne nouvelle, c’est que cela te pousse à sortir de cette phase de déprime pour franchir une nouvelle étape. Celle de l’acceptation.

 

Étape 5 = L’acceptation

 

Je vais être honnête avec toi, l’acceptation peut vraiment prendre du temps arriver. Accepter ta situation actuelle et le fait que les choses ne changeront peut-être pas de sitôt, c’est un peu comme accepter de renoncer à ton rêve. Du moins, c’est ce que tu peux ressentir face à la situation, mais sois sereine avec ça parce qu’accepter les choses :

  • n’est pas un aveu d’échec
  • n’est pas te renier
  • ni veut pas dire que ce à quoi tu aspires n’arriveras jamais.

A vrai dire, je dirais même que c’est tout le contraire. Accepter, c’est voir les choses en face et te donner les moyens de parvenir à atteindre tes objectifs sur le long terme.

 

Combien te coûte actuellement ton activité et de combien as-tu besoin pour faire ce dont tu as besoin (gestionnaire de mails, de réseaux sociaux, webinaire, montage vidéo, appels en visioconférence, etc.) ?

De combien as-tu besoin pour vivre la vie à laquelle tu as aspires (loyer, courses alimentaires, transports, loisirs, etc.) ?

Que comptes-tu vendre et à quel prix ? Question touchy, je sais. Je sais que dans l’entreprenariat en ligne, on a tendance à considérer qu’il est bon de lancer ses produits à un prix abordable pour tâter le terrain, puis augmenter au fur et à mesure. Voilà le truc. Tu n’es pas en train de te bâtir une activité parallèle pour le plaisir de te faire un complément de revenus. Si ton objectif est d’en faire ton activité principale, il est essentiel de fixer des prix qui te semblent justes et équitables. Si tu dois réaliser des heures de travail pour livrer le service attendu, c’est normal et légitime d’avoir une tarification qui se reflète. Aies en tête aussi que fixer des prix trop bas peut te desservir, car renvoyer une image de de produit de mauvaise qualité.

 
 se construire un plan sur le long terme

Tes sources de dépenses et ta source de revenus étant définies, c’est le moment de planifier ton année pour noter clairement tes objectifs à atteindre (financiers) et les actions à entreprendre pour les atteindre.

 

Écrire ainsi ton plan d’action est la clé de la situation à plusieurs niveaux :

  • cela permet sortir du volet émotionnel précédant (étape 4), de vraiment pouvoir te permettre de rationaliser les choses et d’y faire face en voyant les choses de façon objective ;
  • prendre conscience du travail à réaliser, se mettre au travail et ne plus en dévier (les réseaux sociaux sont en la matière un vraie arme de détournement massive) ;
  • et, mesurer ta progression et ainsi avoir la satisfaction de voir tes différents impératifs validés les uns après les autres.

 

Devenir une entrepreneure en ligne est bien plus complexe que ce que l’on pourrait penser de prime abord. Nombreuses sont les publications mettant l’accent sur l’aspect «pratique» du parcours de l’entrepreneur. On va te parler des 1000 et 1 stratégies à appliquer, des outils à utiliser, du discours à tenir, etc. En réalité, on ne te montre que ce que tu as bien envie de voir (et d’acheter par la même occasion). A mon sens, c’est presque du mensonge par omission de ne pas parler de tout le chamboulement interne que cela peut provoquer, du besoin de se réorganiser que cela implique et de la nécessité de prendre du recul pour voir les choses de haut, avec du recul.

Il ne suffit pas de connaître les bonnes pratiques du marketing, ni du storytelling pour faire de toi une entrepreneure à succès. En réalité, le mental joue une part toute aussi décisive, de même que ta capacité à savoir t’organiser dans les moindres détails.

 

Et toi, es-tu aussi passée par ses étapes ? Est-ce que tu as l'impression de vivre exactement la même chose ?


 

VIENS EN DISCUTER AVEC LA COMMUNAUTÉ