Faut-il être sur tous les réseaux sociaux ?

 Faut-il être sur tous les réseaux sociaux pour réussir
 
 

Être actif sur les réseaux sociaux est de loin établit comme une nécessité pour toute entreprise, site web ou blog qui souhaite fédérer une communauté et surtout, gagner en visibilité. Nécessité chronophage sans retour sur investissement garanti, est-il pour autant nécessaire d'être sur tous les réseaux sociaux ?

Jeudi dernier, j’ai partagé en live sur ma page Facebook mes réflexions sur combien d’articles de blog publier par semaine.

Avec le recul, je me dis que j’aurais pu aller encore plus loin. J’aurai pu aborder ce point de combien de fois publier sur les réseaux sociaux, de la nécessité (ou l’absence de nécessité) de devoir être sur plusieurs réseaux à la fois.

 

Que l’on se comprenne bien. J’ai plus de 10 ans d’expérience en blogging, alors on s’entend que la question du nombre de billets à poster est un point que j’ai eu longuement le temps de mûrir et de réfléchir. Mais les réseaux sociaux ? Depuis combien de temps existent-ils ? Depuis quand sont-ils devenus si indispensables aux entreprises ? J’ai l’impression que tout c’est fait si vite, que les règles du jeu ont été modifiées tellement de fois que je n’ai pas eu le temps de mesurer si les bonnes pratiques décrites à droite et à gauche étaient les bonnes pour moi.

 

Pourtant, je me souviens encore comme si c’était hier de lire la réflexion de Anouk de Talented Girl qui faisait le choix de fermer complètement sa page fan pour se concentrer sur sa mailing list. Je me disais que c’était sacrément osé (voir risqué ?).

 

Bref, je regardais la situation du coin de l’oeil et j’étais partagée.

 

Parce que J’ADORE tester. Nouvelles apps, nouveaux réseaux sociaux, nouveaux outils. J’aime tester. À la base, c’était même la raison première de ma chaine Youtube. Si tu es curieuse, tu peux aller voir mes premières reviews de logiciels et produits.

 

Le truc, c’est que je comprends maintenant qu’il y a deux choses à dissocier. Le plaisir personnel et le besoin professionnel. J’aime à titre personnelle être au courant des nouveautés technologiques.  Par exemple, même si je n’aime PAS utiliser Instagram, je ne peux pas m’empêcher d’AIMER apprendre comment réaliser de beaux feeds, comment ajouter tel ou tel élément sur ta photo, etc. J’ai cette soif de curiosité et d’apprendre (même si je ne mets pas tout en application ahah ah !).


 

Là où cela devient subtile, c’est qu'est-ce que parce que cela te plait, cela signifie-t-il pour autant que tu dois t’en servir ? Est-ce une nécessité professionnelle ?

 

Même si on te dit qu’il faut être sur tel ou tel réseau, que tu aimes te prêter à l’exercice, cela veut-il dire pour autant que tu dois foncer tête baissée dedans ?

 

Parce que voilà le truc. C’est très difficile d’être partout à la fois et de l’être bien. Et je crois que dans cette thématique de l’été qui nous occupe d’organisation et de productivité #jepréparelarentrée, c’est important de soulever ce point.

 

J’ai dû regarder les choses en face :

  • Ce n’est pas parce que l’on sait faire quelque chose que l’on DOIT le faire pour autant

  • Il est préférable de mettre l’effort de travail sur les choses que l’on aime PAS faire, dans les choses que l’on aime faire.

  • Se déployer sur tous les réseaux sociaux veut aussi dire dissiper sa force de travail et son impact possible.

 

Pour t’assurer de partir dans la bonne direction, voici quelques questions à te poser. Ce sont les questions que je me suis moi-même obligée à me poser pour me confronter à la réalité :

  • Qu’est-ce que tu aimes vraiment faire ?

  • Quelles sont tes forces ?

  • Qu’est-ce qui fonctionne le mieux auprès de ton audience ?

  • Qu’est-ce qui a déjà démontré de sérieux résultats pour toi (trafic, ventes) ?

 

En faisant le point sur ces questions, tu te rends compte que la question de où être et investir tes efforts découle d’elle-même.

  1. J’aime faire des vidéos (surtout en live d’ailleurs ! Si tu ne le sais pas déjà, je le suis tous les jeudis sur Facebook pour l’été).

  2. Je suis très bonne à l’oral. A l’écrit aussi, mais cela me demande plus d’investissement (état d’esprit pour m’y mettre, mobiliser mon inspiration, etc. Alors que je suis capable de faire un saut en live et sortir tout un exposé sur un sujet donné sans avoir absolument rien préparé…)

  3. Les vidéos fonctionnent très bien auprès de mon audience parce que les gens aiment le fait de saisir mon énergie et ma personnalité au travers de mes vidéos.
    Mes articles tutoriels marchent très bien aussi (typiquement le genre de choses que l’on cherche sur Google = bonjour visiteurs issus du trafic organique).

  4. Faire des vidéos en direct me permet de vendre facilement.
    Créer des épingles pour chacun de mes articles et vidéos m’apportent énormément de trafic issu de Pinterest.

 

Alors lorsque je fais le bilan, je suis bien obligée de voir qu’il y a trois plateformes essentielles à mon activité :

  • Facebook pour les lives

  • Youtube pour les vidéos

  • Pinterest pour le trafic

 

🤔 Qu’est-ce que je fous sur Instagram ?

🤔 Est-ce pertinent pour moi de poursuivre le podcast (j’ai l’impression que la plupart des gens le consomment sur Youtube, est-ce ton cas ?) ?

 

Je sais que c’est difficile de prendre ainsi les choses à bras le corps et se résoudre à prendre les décisions qui s’imposent. C’est difficile pour moi aussi. Mais c’est ça être un entrepreneur : faire le bilan, regarder les chiffres et prendre des décisions éclairées.

 

Et toi, quelle est cette activité inutile que tu penses faire pour ton entreprise, mais qui finalement ne t’amène pas bien loin ?

 

Je tenais à partager avec toi ma réflexion du moment à ce sujet, je ne sais pas si cela te sera utile (je l’espère!). Je crois qu’avec cet environnement qui nous poussent à être encore et toujours plus connecté, à un moment donné lorsque l’on est solopreneur, donc seule, si on tient à garder toute sa tête et une vie relativement saine, c’est important de revoir un peu ses priorités.

 

Qu’est-ce que tu en penses ?


 

VIENS EN PARLER AVEC LA COMMUNAUTÉ :